Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 08:00
Préparatif

Que pourrait égaler la richesse absolue
De l'instant où s'accordent bijou et écrin ?
A peine découvert que déjà révolu,
Tel que nulle ponctualité ne s'enfreint ;
Pour offrir là, à cet audacieux éphémère,
L'éternité au travers de la bienveillance
D'un regard rêveur plus que simple chimère,
La Séduction à ses doigts passée en alliance.

 

Repost 0
Published by François
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 12:38
L'attente...photographique

Elle sentait la caresse de son regard
Epouser les contours exposés sans crainte,
Sans complexe, aller discret mais venir bavard,
De nylon à dentelles, virtuelles empreintes.

 

Elle feint pourtant lui accorder l'attention
Que la bienveillance de ses yeux inspirait,
Par jeu, par malice, par simple séduction,
Pour l'assurance qu'il se perde dans ses traits.

 

A tant d'atours livrés, il ne put résister,
Instant capturé, premier clic, sans insister,
Le temps leur accorde une pause bienvenue.

 

Puis tombent à terre tant masques que pudeur,
Se répondent en choeur audaces et ardeur,
Les clichés s'enroulent sans nulle retenue.

 

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 20:22
L'inattendu exposé

Une résonance au beau milieu des allées,
Annonçant une vaste étendue de possibles,
Hauteur, finesse, dans l'incertain, signalées.
L'absence de vision d'un charme perceptible.

 

S'imaginent alors quelques atours naissant,
Pourquoi pas le trait délicat d'une couture ?
Autant espérés, et soudain apparaissant,
Concurrents innocents des chefs-d'œuvre en peinture.

 

La réalité ne manque d'aucun attrait :
Talons et nylon, robe ajustée trait pour trait,
Dans mes yeux brille une lueur d'admiration.

 

A ton regard j'envoie mon amour aviateur,
A ton corps me proclame fidèle serviteur,
A tes jambes m'exclame : "quelles tentations !"

 

L'inattendu exposé
Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 19:15
Suspension

Passez donc, Madame, allez-y, Monsieur,
Je vous en prie, inutile de m'attendre,
Surtout n'en soyez point soucieux,
Ce qui suit, pourriez-vous comprendre ?
Mon souhait présent, loin d'être ambitieux,
Serait simplement de pouvoir suspendre
Ce temps qui se montre bien trop malicieux,
Nous fait mille promesses, à laisser, à prendre,
Puis les emporte, quand se fait capricieux,
Nous laissant sans savoir nous défendre
Quand s'en viennent les instants précieux.
Alors je préfère vous laisser vous méprendre
A courir après cet étrange prétentieux,
Je reste là, à regarder, à apprendre,
A profiter des mots de mon coeur silencieux.

 

Repost 0
Published by François - dans Rêveries
commenter cet article
5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 17:00
Guet-apens

Toujours sous le charme d'atours gastronomiques
Qui ne manquèrent point d'apaiser nos papilles,
Sans même partir en voyage astronomique,
Le rêve pris corps, scintillant dans mes pupilles.

 

Elle s'allongea sur un lit plein de promesses,
Etira ses jambes dans un doux crissement,
D'un regard enjôleur, initia ma faiblesse,
Je concède avoir cédé... bien facilement.

 

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 21:38
Vision subreptice

Monsieur,
Vous qui avez, parfois, le regard aiguisé,
Saurez-vous voir à la lisière de dentelles
Le témoin en naissance presqu'accidentelle
Que votre imagination saura préciser ?

 

Madame,
Ne soyez point choquée par cette apparition,
N'avez-vous jamais, un jour, laissé échapper
Subrepticement, par mégarde ou volonté,
Votre Féminité en charmante expression ?

 

Mademoiselle,
Vous semblez ici des plus interrogatives
Tant devant l'évidence que la suggestion,
Quand telle audace vous n'oseriez qu'en question,
Mais qu'elle serait séduisante initiative.

 

À quoi bon chercher à qui ce charme profite ?
Seul importe que le parfum de l'inédit
Apaise de ses effluves tout interdit,
Et séduise, avant tout, celle qui le mérite.

 

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 22:13
L'inconnue des remparts

Le regard captivé par un large en écumes,
Elle se tenait, fièrement sur ses talons,
Ignorante des embruns, face à l’horizon.
Ses pensées semblaient errer dans le ciel de brume.

 

Une vague plus haute la fit reculer,
Vint frôler le bout de ses escarpins vernis,
Il ne manqua la scène, où un léger tournis,
Dans son esprit, prit la silhouette à onduler.

 

Elle reprit sa marche, pleine d'assurance,
Lui offrant au regard un galbe affriolant,
Il manqua en oublier les pavés glissants,
Esquissa sous son œil moqueur un pas de danse.

 

Altière et souveraine, elle longea le muret,
Sa jupe balançant au rythme de ses pas.
Son œil avisé, toute réserve au trépas,
Ne manqua d'entrevoir des douceurs figurer.

 

A la faveur d'un souffle des plus opportuns,
Le dessin séducteur d'un revers apparut,
Sans que, le regard au loin, elle ne le sût.
Soudain elle eut un sourire, leva la main,

 

Il ne savait à l’adresse de qui, de quoi.
Elle se jouait de lui, souriant ailleurs.
De possibilités, il s'en offrit plusieurs,
Mais, par peur qu'elle ne s'enfuit, il resta coi.

 

Son regard n'osa abandonner l'inconnue,
Son charme raffiné agissant en aimant,
Jusqu’à ce que, se tournant vers lui brusquement,
Elle se hâta, le dépassa, ingénue,

 

Le voile de son écharpe frôlant son bras,
Ses talons aiguilles sonnant sur le granit.
Elle ne lui laissa, par caresse fortuite,
Que son parfum affrioler son odorat.

 

Elle s'éloigna d'un pas preste, irrésistible,
Ouïe et vue, sens à l'unisson enamourés,
Brève apparition sur les remparts égarée,
Dans l’air vif et salé, à peine perceptible.

 

 

Un très grand merci à Mistinguett pour ces vers écrits à 4 mains.

 

Repost 0
Published by François
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 10:00

Parce que cette chanson me transporte toujours autant... petit souvenir écrit de Novembre 2010.

 

Au premier instant, la clarté flamboyante,
Scintilla dans un ciel constellé d'étoiles,
Parfois tellement qu'elle devint aveuglante,
En prélude aux météores en rafale.

 

Puis s'étalèrent les filaments lumineux,
Interminables tresses d'incandescence,
Zébrant le vide de dialogues élogieux,
Sur la page noire, novae en transe.

 

Enfin le repos, comètes en silence,
La naissance des atmosphères paisibles,
Dont les protégés remercient l'indulgence,
Epanouissements de fusions indicibles.

 

Au tout dernier instant, le bruit sourd, explosif,
La clarté changea en brûlante matière,
S'éfrittant au hasard en halo corrosif,
Avant que son coeur ne s'effondre en poussières.

 

Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 23:34
Clair de lune

Elle se campa devant la mer attendrie,
Un ressac apaisant comme seule musique,
Salua discrètement la Lune amoindrie,
Qui lui répondit par ses fantaisies uniques.

 

Le bel astre enveloppa ses jambes voilées,
Y posa tendrement ses reflets d'opaline
Sur l'infime nylon de ses courbes hâlées,
Mettant en valeur sa finesse cristalline.

 

La caresse nocturne eut été lors bien chaste
Si les rayons ne se firent plus girouette,
N'offrirent en transparence un séduisant faste.

 

De ces deux belles rivalisant d'attraction,
L'une offrant à l'autre une jolie silhouette,
Je veux saluer l'éphémère discussion.

 

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 07:30

Dépassée la tristesse de l'instant présent,
La rigueur de l'absence presque intolérable,
Pour y trouver un réconfort inestimable,
Le coeur interroge ses accords apaisants.

 

Bien plus que les larmes...
...Celles qui coulent, naturelles et aimantes,
Le souvenir de ce sourire qui désarme,
Enjôleur, malicieux, ô si loin de tout drame,
Qui l'efface même de pensées bienveillantes.

 

Bien plus que les pleurs...
...Étouffés d'une main honteuse de faiblir,
La puissance de ce son, empreint de chaleur,
Pouffé sans retenue, de si grande valeur,
Incomparable cadeau : l'offrande d'un rire.

 

Bien plus qu'un adieu...
...A peine murmuré d'une voix hésitante,
Ces bras qui vous enserrent d'un accueil joyeux,
Magie inépuisable d'un moment précieux,
Quand les âmes amies, même accolées, plaisantent.

 

Bien plus que toutes ces peines...
...Que la tristesse agressant jusqu'à l'infamie,
S'animent les souvenirs, les joies, ce partage :
Instants complices, heureux, même davantage,
A jamais la mémoire fait vivre un ami.

 

 

A un ami cher, parti trop vite, trop tôt.

Repost 0
Published by François - dans Mélancolies
commenter cet article

Présentation

  • : Rêveries en vers
  • : Quelques mots qui ont cheminé dans mon esprit au gré des inspirations, au fil du temps...
  • Contact

Information

Tous les textes de ce blog, sauf mention contraire, sont écrits de ma main, merci de ne pas les reproduire ou, au moins, par courtoisie, m'en avertir...

Recherche

Pages

Quelques belles photos