Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 12:46

Ma main, audacieuse, sur ta cuisse posée,
Apprivoisant du nylon le noir tentateur,
A la lisière du cuir masquant à l'observateur
Toute vue, en tel lieu, peut-être trop osée.

 

Ma main, aventureuse, sur la page de ton dos
En parcourant la douceur tout juste dégrafée,
Caresses en arabesques à sa fleur paraphées,
La plume assurée, vibrant crescendo.

 

Ma main, ferme, agrippée à ta hanche,
Saisissant tulle et dentelles affinés,
Les glissant à tes chevilles aux talons dessinés,
Qu'entre noires jarretelles, s'offrent tes fesses blanches.

 

Ma main, amoureuse, dans la tienne lovée,
Les cœurs encore battant de fougueux ébats,
Qui lentement s'apaisent à la fin du débat,
Qu'un sentiment puissant a, pour toujours, gravé.

 

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 18:57

Doucement, elle s'approche de lui.
Savoure ce délicieux instant,
Saisit alors sa main tendrement.
Et pose sa tête à son épaule... sourit

 

Le souvenir de leurs ébats passés encore présent,
Tant de jours à attendre qu'ils se revoient enfin,
Il serre contre son cœur ce corps, ce parfum,
D'une main dans son dos, la veut s'électrisant...

 

Le visage dans son cou, elle murmure
"Ravie de vous revoir", lui colle ses seins
Souffles chauds mêlés d'espoir en vain
Contre son bas-ventre, il est... dur !!

 

A ce tendre message, il se demande
S'il doit vraiment lui répondre de vive voix :
Aura-t-elle senti la ferveur de son émoi
Lorsque ses charmes s'arriment en offrande ?

 

De ses bras tendres, elle l'enlace,
Ces lèvres trouvent les siennes,
Courte hésitation sur ballet de Vienne,
Jeux langoureux, ils s'embrassent.

 

Pour toute réponse, sa fougue l'emporte,
Sa langue agile, en tournoiements, l'embrase,
Comment ne pas l'imaginer partant en extase,
Perdue sur son corps, les mains en escorte ?

 

Elle ressert son étreinte contre lui,
Baisers fous, magie d'engouement
Leurs mains plus coquines d'amants
Partent déjà en conquête d'envies.

 

Si son esprit résiste encore à l'indécence,
Son corps, lui, ne peut s'y résoudre,
Que déjà ses mains, (qu'elle conviendra d'absoudre ?)
S'immiscent sur ces fesses que sa robe n'offense

 

Elle se joint, ravie, à sa hardiesse
Sans scrupule, elle l'incite à continuer,
Doux murmures à son oreille chuchotés
Une main bien ferme sur chaque fesse.

 

Trop désireux de poursuivre ses caresses,
Encouragé par la glissade de ses mots osés,
Sa jupe se relève, à ses mains exposée,
Découvrant des revers d'un nylon...pour ivresse.

 

A sa chaleur, la voilà cambrée
Glisse une main, ouvre sa ceinture
Effleure ainsi offert son sexe dur
Le caresse d'une douceur inégalée.

 

D'abord surpris par cette absolue dextérité,
Sa raideur trahissant son approbation,
D'un crissement, il exagère son exploration,
Ses minces dentelles, à ses chevilles, félicitées.

 

Dans un regard sourire complice,
Avec douceur, ils se caressent
Moment privilégié, plein de tendresse
Ils savourent cet exquis supplice.

 

Si l'hésitation l'empêche de choisir,
L'attrait du recto valant celui du verso,
Après avoir détaillé la soie sur sa peau,
Il propose ses doigts à la faire gémir...

 

Prise au jeu, elle le suit dans l'action
Dans ses caresses sur jolies fesses
A la fois fermes et pleines de tendresse
Elle s'amuse de voir ses réactions.

 

Un doigt agile lui tient sa promesse,
Plus trop sagement, attisant ses sens,
Jouant avec ce bouton que débute la transe,
Son joli derrière s'agitant en liesse.

 

Alors prise de légers gémissements,
Elle insiste sur ce postérieur aguicheur
De ses doigts agiles pleins d'ardeur
Jusqu'à son sexe saisi sans ménagement.

 

Par sa cambrure, il répond à ses escapades,
Frissonnant à sa saisie, ne peut retenir
Ses lèvres d'échapper leur envie de gémir,
Il l'invite alors à poursuivre la balade...

 

Coquine elle se met à genoux,
Sa bouche offerte à son dard dressé,
Les mains profiteuses de ses fesses dilatées
Excitée de ces différents plaisirs, elle joue !!

 

Si impatient de voir son vit enserré,
Entre ses lèvres rouges luisantes
Il l'encourage d'une main bienfaisante,
Sentant ses ongles dans ses fesses emprisonnées.

 

Elle le regarde plus gourmande,
Accélère son action en bouche,
Ces doigts le griffant font mouche
Dans un gémissement il en redemande.

 

Il accompagne ses avides succions,
De ses mains puissamment arrimées,
Qu'une affolante rythmique vient imprimer,
Comment ne cèderait-il à sa pression ?

 

Elle suit le mouvement de ces mains
S'applique à le faire gémir,
De plus en plus pris de désir
Brusquement il la retire, haletant, en vain.

 

Il croise son regard tendre et malicieux,
Quand toujours elle enserre son vit agonisant,
Osera-t-elle de ce membre ô combien luisant,
En tirer les fruits de son art subtil et délicieux.

 

De sa douce main sûre et ferme,
Elle glisse jusqu'à son agonie
Dans un râle puissant, jaillit de son vit,
La crème blanche de son délicieux sperme

 

Son corps devient frisson, vaincu tremblant,
Sous l'emprise de sa savoureuse avidité,
Son sexe encore épris de sa captivité,
Quelques gouttes de satisfaction... Regard troublant...

 

Se frottant contre son corps, elle se redresse,
De sa bouche au subtil parfum, elle l'embrasse,
Prise dans son regard profond, elle l'enlace,
Douce étreinte de deux corps pris de tendresse.

 

Merci à Bulle pour ce duo.

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 10:00

Toutes ces lignes que l'on imagine
Bien avant que leur hôte ne les envisage,
N'en choisisse la couleur, le trajet, l'origine,
Lient par avance tout esprit, son otage.

 

Toutes ces lignes qu'Elles tracent
Sur leurs jambes déjà si soyeuses,
D'un doigt lissant que les regards embrassent,
Montrent le chemin vers des cimes périlleuses.

 

Toutes ces lignes que l'on suit,
Quand elles voltigent au gré des talons claquant,
Accentuant arabesques et crissements produits,
Invitent à poursuivre ces fuyards éloquents.

 

Toutes ces lignes que l'on aime,
Du regard, d'un doigt, des lèvres,
Tantôt timides, tantôt assurées. Pour ce poème,
Elles hantent le coeur des esthètes et orfèvres.

 

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 10:00

Au beau milieu d'un mets à deux âmes partagé,
Parmi tous ces mots dits en complice maîtrise,
Voici que s'échappe de tes lèvres surprises,
Une caresse sonore à peine encagée.

 

L'impudeur bien involontairement émise,
N'aura pas échappé à toute l'assistance,
Mais qui se douterait de ta résistance,
A ne pas succomber à l'épreuve soumise ?

 

Si tes lèvres ne laissent, pour autres messages,
Que quelques indices à qui écouterait,
Tes frissons trahissent un intime massage.

 

Voudras-tu, pour autant, éviter cet orage
Qu'une simple pression d'un bouton stopperait ?
Ou préféreras-tu en rester fière otage ?

 

 

De quel mets pouvait-il bien s'agir....?

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 07:00

D'un simple regard, vous allumâtes la flamme
Par un soufre amoureux brûlé entre tes doigts,
Vous écrivîtes cet épilogue sans larme
Du voyage incertain d'un certain maladroit.

 

Sans même mesurer ni votre incandescence,
Ni ton pouvoir lancé sans nulle retenue,
Je m'y brûlai le cœur à frôler l'indécence,
Bien trop attrapé pour ignorer ta tenue.

 

Fussiez-vous enclin à me libérer alors,
Jamais je ne t'en aurais laissé l'esquisse,
Vous n'auriez pu empêcher ce désir d'éclore,
En aurais-tu même deviné les coulisses ?

 

De toutes conséquences, vous n'avez prévu,
Où ton simple baiser a mené désormais,
Je vous remercie de ce geste impromptu,
Un souvenir que tu inscrivis à jamais.

 

Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 07:00

Je vous invite à aller visiter le merveilleux site de Cyr (ICI). Vous y trouverez, en autres, ma contribution (ICI).

Bonnes lectures !

 

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 15:19

Pas de bougie sur laquelle souffler,
Pas même de gâteau, le crabe a gagné.
Pourtant la cornemuse résonne encore
Pour rappeler l'au revoir d'alors.

 

Pas de bougie pour un fauteuil vide,
La vie continue, parfois la peine la bride,
Mais certains jours resteront amers,
Hantés par le souvenir d'une voix familière.

 

Aujourd'hui,
Ces bougies,
Mon coeur les soufflera pour toi,
Papa.

 

Repost 0
Published by François - dans Mélancolies
commenter cet article
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 18:52

S'il est vrai que nul ne devrait si tôt s'éteindre,

Les jolis mots ne se font jamais éphémères,

A jamais sa plume ne laissera s'éteindre

Le souvenir de son Amour en précieux vers.

 

Pour Line et son sourire.

Repost 0
Published by François - dans Mélancolies
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 08:09

J'ai vu, écouté ces millions de gens s'indigner,
Et j'ai applaudi qu'ils pansent la liberté égratignée...

 

Seulement, ces horreurs n'auront-elles suffi,
Universellement, que quelques jours, à nous réunir ?
Il aura fallu un simple dessin que des faux érudits,
Sur la foi de prétextes, veuillent punir.

 

Comment admettre l'abjecte situation ?
Honte à ceux qui banniront nos artistes,
Autant les inspirer que de les voir tristes !
Rions pour cimenter nos fragiles fondations...
Liberté, doit-on craindre tes infidèles ?
Impensable ! Nos armes seront trop belles,
Elles dessineront notre droit à... l'évolution.

 

Repost 0
Published by François
commenter cet article
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 13:02

Une pluie fine, s'échappant d'un ciel pesant,
Torrent calme à la timidité virginale,
Pas encore salée de bien sombres présents,
Souligne de traits cette peine matinale.

 

Ruisselante, sinueuse sur tous visages,
Elle emporte une à une mes perles atones,
Diluant l'émotion des funestes orages,
Comme l'hiver balaie le poussiéreux automne.

 

Elle ne lavera ce chagrin amoureux,
Mais ravinera mes joues d'un flot douloureux,
Un sourire, une voix, à jamais emportés.

 

Sous la musique de mon cœur brisé, hurlant,
Les notes deviendront des embruns déferlants,
Sous cette pluie fine qu'il faudra supporter.

 

 

Repost 0
Published by François - dans Mélancolies
commenter cet article

Présentation

  • : Rêveries en vers
  • : Quelques mots qui ont cheminé dans mon esprit au gré des inspirations, au fil du temps...
  • Contact

Information

Tous les textes de ce blog, sauf mention contraire, sont écrits de ma main, merci de ne pas les reproduire ou, au moins, par courtoisie, m'en avertir...

Recherche

Pages

Quelques belles photos