Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 07:00

Témoin privilégié d'audaces intimes,
J'affiche en mon visage des images uniques,
Le raffinement que les dames s'intiment,
Et leur émoi dans leurs savantes tuniques.

Au moindre soupçon de lumière, je m'exclame,
Rayon de soleil ou bien lune rieuse,  
Qui scintille dans les pupilles des femmes,
Et que je renvoie de ma voix silencieuse.

Toujours prêt à exercer mes subtils talents,
A toute heure disponible, parfait amant,
Il m'arrive de veiller, parfois, jusque tard.

Il n'y ait point d'ami qui soit plus fidèle,
Point d'avis plus juste que dans mes prunelles,
Vous me voyez tout dévoué, moi votre miroir.

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 11:21

Instant solennel, ouverture du tiroir
Où cohabitent les frou-frous et voilages,
Afin d'y recueillir l'ivresse du pouvoir,
Choisir des atours invitant au voyage.

Quel malin choix tu as fait là, ô ma belle,
Cette guêpière magnifie ta poitrine,
Apposant à tes charmes un sceau de dentelles,
Un peu de tulle sur tes courbes divines.


Ma taille enserrée dans mon délicat écrin,
L'éventail devant moi me rend indécise,
Parmi mille nylons de Gio ou Cervin,
J'opte pour me parer d'une teinte grise.

Noir ou gris, tu as résolu le dilemne,
Le coutournant d'une habille pirouette,
Ces bas bicolores, comme je les aime,
Le plus bel étui pour tes jolies gambettes.


Je déroule le voile d'un geste précis,
Esquissant sous mes doigts un dessin audacieux,
Un long trait de noir au devenir indécis,
Piège incontournable des regards curieux.

Tourne-toi, ma belle, que je te murmure,
Le bel effet, à ton oreille attentive,
La droite ascension que suivent tes coutures,
Les futurs émois à tes poses lascives.


Un haut, une jupe, puis de beaux escarpins,
Dissimulent tous ces charmes sans les cacher.
Du rouge aux lèvres et une touche de parfum
Dans mon cou qu'un bijou verra bien apprêté.

Me voilà fort triste de savoir ce ballet,
Achevé si vite... Mais n'as-tu pas omis
Quelque étoffe intime, étourdie que tu es ?
De l'oubli mutin, je n'en dirai rien, promis...


Fidèle complice de mes habillages,
Sans ton avis précieux, je ne peux sortir.
Quand au soir, je retrouverai ton visage,
Je te dirai l'histoire sans fin du désir.

 

 

Trouverez-vous quel est cet ami ?

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 07:00

Comment lire, pour qu'elle reste éternelle,
La caresse d'une intemporelle image ?
En comprendre l'essence perpétuelle,
Qui se consume à chacune de ses pages.

L'image d'un arbre aux feuilles dentelées,
Qui s'étend au fin fond de la rétine,
Une fleur et ses jambes aux racines escarpées,
Qu'un crayon coquin, en un trait, y dessine.

De ces impressions qui s'écrivent en silence,
Un roman magnifique, prendra naissance,
Traduit dans l'intime langage de l'esprit.

Ce dernier, absorbé par cette lecture,
Revêtira des émotions aussi pures
Que la femme, ô nature dont il s'éprit.

Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 07:00

Au delà de tous ces paysages enchanteurs,  
Prête une oreille attentive au silence,
Tu y entendras les murmures de mon cœur,
Porté d'un souffle marqué de ton absence.

L'instant cruel appelle bien des images,
Des regards langoureux, caresses divines,
Déposées sur le fin papier de mes pages,
Un parfum des souvenirs que je devine.

Du manque, la mélancolie pourrait naître,
Mais pas une seule partie de ton être
Ne volète pas dans un coin de mon esprit.

Qu'importe quand la vie m'entraine loin de toi,
Une douce lumière accompagne mes pas,
Ton Amour si precieux, dans mon cœur, qui sourit.

Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 07:00

Batz 01 Nord

 

Bien malin le marin qui saura éviter,
La terre océane, ses écueils assassins,
A la vue de ce rocher et de sa cité,
Derrière la grève battue de vent, d'embruns.


Batz 02 Chapelle St Anne

 

Alors s'offrira à tous les yeux aguerris,
Le passé lointain d'une chapelle en pierre,
Abandonnée des hommes, que la Terre fleurit,
Qui traverse les saisons, debout et fière.

 

Batz 03 entrée baieBatz 04 jardin

 

Quand approche la fin de ce beau voyage,
Une merveille émérge à basse altitude,
Flanquée de géants tutoyant les nuages,
Jardin improbable par ces lattitudes.

 

Batz 05 jardinBatz 06 jardin


Une oasis de verdure tout baignée de fleurs,
Où les plantes australes cotoient les palmiers,
Des cactus qui se parent de mille couleurs,
Souriant au port, que tant de pêcheurs ont quitté.

 

Batz 07 Mouette

 

Le temps vient enfin de laisser sa voisine,
Quand Roscoff accueille les amarres amies,
Au dernier regard d'une mouette câline,
Batz s'illumine sous un soleil infini.


Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 07:00

La poésie peut parfois prendre la forme de récits coquins, sans perdre du charme qui la caractérise. Je m'y essaie, parfois, de manière assez sage par ici, mais parfois un peu moins par ailleurs. je vous invite donc à découvrir un merveilleux recueil de poésies érotiques (ICI), peuplé d'amateurs et d'auteurs de tous siècles, de tous horizons.


Rendez-vous donc auprès d'une Fleur délice ou dans un Duel de plaisirs.


Je vous souhaite une très agréable découverte !

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 07:00
Mon regard azuré dans tes yeux amoureux,
Caresse en reflet tes pupilles brillantes,
Duel électrique d'envies incandescentes,
Consumant leurs désirs d'envols de mille feux.

Ma main curieuse, sur ta cuisse, affairée,
Daloguant habilement le long de tes bas,
Un langage sensuel crissant sous les doigts,
Espérant y sentir le charme s'opérer.

Épiçant le plaisir de pincées savantes,
Ma main s'immisce sous le tissu vaporeux,
Vers la peau intime au velouté délicieux,
Au bout du voyage des voiles affolantes.

Quand enfin se précisent au toucher, les frissons,
Le corps découvert à l'ombre des dentelles,
Un regard coquin, silencieux, m'ensorcèle,
Ce repas nous promets des desserts polissons.
Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 07:00
Je veux rester un jour de plus au Paradis,
Ecouter les douces notes de musique,
Dans mon coeur rêveur, les accords mélodiques
Joués en soliste sur le piano de l'esprit.

Arrête-toi, toi le temps qui toujours t'enfuis,
Laisse-moi drapé de vapeurs féériques,
Je veux rester un jour de plus au Paradis,
Profiter de mon orchestre symphonique.

Quand, enfin, me résoudrai à partir d'ici,
Accompagné d'un écho mélancolique,
Je poserai mes rêveries harmoniques,
Me murmurant tout bas que, sans hésiter, oui,

Je reviendrai, un jour de plus, au Paradis.
Repost 0
Published by François - dans Rêveries
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 07:00
De divines couleurs parviennent a mes yeux,
Gracieuse image s'affichant dans mes iris,
Tes courbes audacieuses aux contours silencieux,
Nageant dans mon lagon bleu avec malice.

Mon corps déploie alors ses ailes tactiles,
Pour flatter en caresses ce beau chef d'œuvre,
Du bout des doigts attentionnés et habiles,
Qui esquissent une sensuelle manœuvre.

Quelques effluves ajoutent au bel ouvrage,
Les senteurs complexes de vapeurs épicées,
Diffusant bruyamment l'olfactif mirage,
En odeurs subtiles dans mon âme appaisée.

Puis mes lèvres se posent sur le seuil troublant
Des courbes suaves de tes jambes infinies,
Goûtant cet intime fruit au nul parement   
D'une langue avide de jeux interdits.

Quand enfin de tes bas s'envole un crissement,
Au malin croisement de tes deux merveilles,
Tous mes sens succombent, conquis, puis, tendrement,
Tu glisses un mot doux au creux de mon oreille...
Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 19:37

Du fin fond de l'âme qui, pourtant, scintille,
Elle plante ses sinstres banderilles,
Elle monte en vous a l'allure sournoise
L'araignee maligne du haut de sa toise.

Maquillée d'une noirceur enveloppante,

Qui se diffuse des pattes galopantes,
Elle répand ses quelques brèves morsures,
Le long de l'intime arbre aux feuilles murmures.

Sans un remords, entre ses dents, elle aspire,

Les tristes fondations d'un profond sourire ;
Elle vous prend, vous tort, peu a peu démolit...
La mélancolie.
Repost 0
Published by François - dans Mélancolies
commenter cet article

Présentation

  • : Rêveries en vers
  • : Quelques mots qui ont cheminé dans mon esprit au gré des inspirations, au fil du temps...
  • Contact

Information

Tous les textes de ce blog, sauf mention contraire, sont écrits de ma main, merci de ne pas les reproduire ou, au moins, par courtoisie, m'en avertir...

Recherche

Pages

Quelques belles photos