Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 21:00

Au bord du bassin


Le vent se lève, comme pour accompagner,
D'un souffle délicat, la marée montante,
Dessinant à la surface l'onde soignée,
Qui échouera sur une plage dormante.

Il repousse, par ses bises éoliennes,
Le long cortège des infâmes nuages,
Entrainant au loin les peines diluviennes,
Arroser les terres d'un triste présage.

Seuls quelques mots se déposent sur le sable,
Abandonnés par le ressac bien affable,
Prêts à délivrer les récits de voyages.

Je les ramasse, de mes mains, les admire,
Les ordonne, un peu, pour enfin y lire
L'infinie beauté d'un simple paysage.


Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 07:00

Quand vient l'heure de partir pour d'autres contrées,
Pour un jour ou bien plus, un éternel instant,
Pourvu que vienne la chance d'y rencontrer
La clé qui arrêtera la fuite du temps.

J'emporterai, dans mon esprit, quelques pages,
Où mon regard gravera bien des souvenirs,
Où des écumes enivrantes et sans âge,
Inspireront les vers de vagues à venir.

Voici enfin le temps d'un repos mérité,
En terre parfumée d'effluves océanes,
Irriguer mes sens d'ivresses millésimées,
Nourrir d'illusions leurs profondes arcanes.

Enfin je délaisse mon pays de brumes,
Ma mélancolie alors empreinte d'espoir,
Non sans vous adresser, du bout de ma plume,
Mes tendres pensées par ce timide "au revoir"...

A bientôt...

Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 18:45

Décidera-t-elle d'afficher, très sage,
Un voilage clair, sur ses jambes, déroulé,
M'envoyant au regard un subtil message,
L'invite à trouver quelque indice révélé.

A moins qu'elle ne se veuille séductrice,
Soulignant la justesse de ses hauts talons,
Par un fin nylon noir sur ses courbes actrices,
Récitant le scénario de mes tentations.

Peut-être osera-t-elle d'autres délices,
Nuage, Cappuccino, ou bien même sinfonie,
Un gris réhaussé d'une obscure malice,
Dessinant au crayon une ligne infinie.

Finalement je pense qu'elle me sait gourmand,
Et accompagnera ses dentellles nacrées,
D'un voile chocolat, délicat ornement,
Magnifiant ses formes de coutures sacrées.

A ces doux compagnons qui crissent de désir,
Au balet improvisé de mes fantasmes,
Soyeuse caresse que l'esprit vient saisir,
J'avoue, tout bas, mille baisers, pléonasme.

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 07:00

Lève-toi dans l'infini d'ombres amères,
Etends à ce voile, de rayons, ta ferveur,
Pose en mon visage ta pâle lumière,
Dessines-y le doux sourire des rêveurs,

Réfléchit, bel astre, ton reflet solaire,
Appose ton auréole sur mes pensées,
Dévoile notre passion épistolaire,
Invite en mon âme les lettres à danser.

Éclaire mes pas quand l'horizon s'assombrit,
Montre moi la voie des nocturnes attendris,
Trace de ta craie, une issue, sans rancune.

Frôle mon esprit de tes doigts écarlates,
Embrasse-le d'un baiser pieux d'acrobate,
Joue-moi encore un peu de ton air de lune...

Repost 0
Published by François - dans Rêveries
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 07:00

Tu es l'Eau qui s'écoule d'un air ingénu,
Ruisseau de caresses, torrent de vertiges,
Sinueuse le long de mon corps mis à nu.
Baptisant mes courbes d'humides voltiges.

Tu es la Terre où s'enracinent mes plaisirs,
Les nourrissant des substances essentielles,
La Terre où je puise, sans jamais la saisir,
La précieuse essence des passions charnelles.

Tu es le Feu se consumant dans mes veines,
Léchant de ses flammes mon âme brûlante,
Porté par ces voluptés qui me tiennent,
Par ses fantasmes d'audaces luxuriantes.

Tu es l'Air qui tourbillonne dans mon âtre,
En attisant mes ardeurs incandescentes,
Un doux parfum dans mes collines d'albâtre,
Aux intimes effluves d'envies indécentes. 

Tu es ce tout, élément indispensable,
Qui ruisselle, respire, brûle et s'envole,
Fluide enchanté aux vertus impensables,
Mes désirs contés en brève parabole.


Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 00:15

HPIM4034

 

Bercé par l'illusion que le ciel s'approche,
Je tends mon esprit vers ses bras invisibles
Qu'il me conte, de son verbe sans reproches,
L'infiniment bleu de mes rêves risibles.

La tête appuyée contre la fine écorce
D'un compagnon aux insolites murmures,
Bruissement enchanteur du vent qui s'efforce,
Par son lyrisme, de percer toute armure.

De leur plus bel iris, s'harmonisent mes yeux
Avec l'azur profond d'un lointain mystérieux,
Jusqu'au vertige de pensées indécises. 

Appaisée, mon âme s'abandonne à ceci,
Alanguie par cet instant divin, même si
Ces rêves finiront en queues de cerises.

Repost 0
Published by François - dans Rêveries
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 07:00

Témoin privilégié d'audaces intimes,
J'affiche en mon visage des images uniques,
Le raffinement que les dames s'intiment,
Et leur émoi dans leurs savantes tuniques.

Au moindre soupçon de lumière, je m'exclame,
Rayon de soleil ou bien lune rieuse,  
Qui scintille dans les pupilles des femmes,
Et que je renvoie de ma voix silencieuse.

Toujours prêt à exercer mes subtils talents,
A toute heure disponible, parfait amant,
Il m'arrive de veiller, parfois, jusque tard.

Il n'y ait point d'ami qui soit plus fidèle,
Point d'avis plus juste que dans mes prunelles,
Vous me voyez tout dévoué, moi votre miroir.

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 11:21

Instant solennel, ouverture du tiroir
Où cohabitent les frou-frous et voilages,
Afin d'y recueillir l'ivresse du pouvoir,
Choisir des atours invitant au voyage.

Quel malin choix tu as fait là, ô ma belle,
Cette guêpière magnifie ta poitrine,
Apposant à tes charmes un sceau de dentelles,
Un peu de tulle sur tes courbes divines.


Ma taille enserrée dans mon délicat écrin,
L'éventail devant moi me rend indécise,
Parmi mille nylons de Gio ou Cervin,
J'opte pour me parer d'une teinte grise.

Noir ou gris, tu as résolu le dilemne,
Le coutournant d'une habille pirouette,
Ces bas bicolores, comme je les aime,
Le plus bel étui pour tes jolies gambettes.


Je déroule le voile d'un geste précis,
Esquissant sous mes doigts un dessin audacieux,
Un long trait de noir au devenir indécis,
Piège incontournable des regards curieux.

Tourne-toi, ma belle, que je te murmure,
Le bel effet, à ton oreille attentive,
La droite ascension que suivent tes coutures,
Les futurs émois à tes poses lascives.


Un haut, une jupe, puis de beaux escarpins,
Dissimulent tous ces charmes sans les cacher.
Du rouge aux lèvres et une touche de parfum
Dans mon cou qu'un bijou verra bien apprêté.

Me voilà fort triste de savoir ce ballet,
Achevé si vite... Mais n'as-tu pas omis
Quelque étoffe intime, étourdie que tu es ?
De l'oubli mutin, je n'en dirai rien, promis...


Fidèle complice de mes habillages,
Sans ton avis précieux, je ne peux sortir.
Quand au soir, je retrouverai ton visage,
Je te dirai l'histoire sans fin du désir.

 

 

Trouverez-vous quel est cet ami ?

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 07:00

Comment lire, pour qu'elle reste éternelle,
La caresse d'une intemporelle image ?
En comprendre l'essence perpétuelle,
Qui se consume à chacune de ses pages.

L'image d'un arbre aux feuilles dentelées,
Qui s'étend au fin fond de la rétine,
Une fleur et ses jambes aux racines escarpées,
Qu'un crayon coquin, en un trait, y dessine.

De ces impressions qui s'écrivent en silence,
Un roman magnifique, prendra naissance,
Traduit dans l'intime langage de l'esprit.

Ce dernier, absorbé par cette lecture,
Revêtira des émotions aussi pures
Que la femme, ô nature dont il s'éprit.

Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 07:00

Au delà de tous ces paysages enchanteurs,  
Prête une oreille attentive au silence,
Tu y entendras les murmures de mon cœur,
Porté d'un souffle marqué de ton absence.

L'instant cruel appelle bien des images,
Des regards langoureux, caresses divines,
Déposées sur le fin papier de mes pages,
Un parfum des souvenirs que je devine.

Du manque, la mélancolie pourrait naître,
Mais pas une seule partie de ton être
Ne volète pas dans un coin de mon esprit.

Qu'importe quand la vie m'entraine loin de toi,
Une douce lumière accompagne mes pas,
Ton Amour si precieux, dans mon cœur, qui sourit.

Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article

Présentation

  • : Rêveries en vers
  • : Quelques mots qui ont cheminé dans mon esprit au gré des inspirations, au fil du temps...
  • Contact

Information

Tous les textes de ce blog, sauf mention contraire, sont écrits de ma main, merci de ne pas les reproduire ou, au moins, par courtoisie, m'en avertir...

Recherche

Pages

Quelques belles photos