Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 12:46

Et voici le deuxième texte que j'ai eu le plaisir de voir publié dans Piments & Muscade. Bonne lecture !

 

 

Rencontre en boîte

 

Cruelle histoire que la mienne. J'étais pourtant bien sagement assise, à l'étroit mais assise, quand ma courte vie bascula. D'abord quelques secousses, puis un éclair de lumière déchira ce ciel si sombre qui accompagnait mes jours comme mes nuits. L’éblouissante renaissance fit alors place à la rencontre qui me transforma, à tout jamais...

 

Je ne sus pourquoi, ce soir-ci, il me choisit,

Délaissant les autres pourtant apprêtées,

A peine caressée, je me vis emportée

Par son envie gourmande de goûter ma fantaisie.

 

Les pauvres. Comment fit-il son choix devant un tel éventail de douces et belles ? Nous étions différentes mais certainement toutes aussi délicieuses. Coquettes à la plastique parfaite, choisir l'une de nous fut certainement un supplice. Aussi goûtai-je mon plaisir, le sachant intense mais trop court, laissant mes comparses toutes à leur impatience. Je me sentis privilégié, l’élue.

 

Quand il me toucha du bout de ses doigts,

Mon cœur si enclin à s'offrir généreusement

Se mît à fondre voluptueusement,

Je fus à lui dès qu'il m'envisagea...

 

La chaleur de ses doigts. Comment oublier la force qui me saisit et me caressa au travers de mes habits rouge flamboyant ? Comment oublier la beauté de son sourire qui me dévisageait, mêlé d'envie et... d'indifférence... ? Une indifférence certainement due à ce qui occupait son autre main, de la concurrence avec une taille si fine et haut perchée...

 

Prisonnière de ses mains, jalouse, j'attendis,

Que sa bouche se libère du panache de bulles,

Qu'à l'érotisme d'un si séduisant préambule,

Succède enfin un succulent interdit.

 

À mesure que le nectar coulait au bord de ses lèvres, j’enrageais intérieurement à la fois qu’il ne m’accorde pas l’attention que je méritais et qu’il semble se délecter d’un breuvage pourtant si transparent et sans intérêt, obligé de buller ou, pire, se faire mousser pour attirer son regard.

 

D’une dernière gorgée, il mit fin à mon supplice,

Se débarrassa de cette flûte froide et sans relief,

Trop accaparante, j’en eus quelques griefs,

Nonchalamment, il la posa : adieu, maudit calice !

 

Je fus, certes impatiente, mais enfin récompensée. Toujours obsédée par ses mains sur mon corps, je m'offris à son audace comme à sa précision. Chacun de ses gestes me sembla si assuré que je m’imaginai alors comme la dernière conquête de son appétit assurément sans limite. Qu'importe après tout, je n'eus cure de ma soi-disant considération et m'offris sans retenue aucune.

 

Avec précaution, minutie, il me dévêtit,

D'abord ce nœud puis mes artifices,

Je lui offris alors la nudité de ma peau lisse,

De découvrir mes charmes savoureux, il ne s'en repentit.

 

Si vite. À peine le temps de la séduction entamé que me voici déjà nue devant ses yeux si rieurs qu'ils m'apparurent flatteurs. Il ne cacha pas son plaisir de me contempler offerte à sa gourmandise. Je me sentis onctueuse, prête à me laisser déguster par la tiédeur de sa bouche... Je me rendis compte que, nombre de fois, j’avais rêvé à un tel instant. Mon abandon fut prémédité.

 

Quand il me prit entre ses lèvres entrouvertes,

Encore humides et légèrement pétillantes,

Ma ganache coulant sur sa langue... Fière amante...

Je succombai, jouissante, découverte...

 

Troublante sensation. Sa bouche si chaude, sa langue si humide. À trop vouloir me laisser ainsi goûter, je franchis le point de non retour, sans volonté face à l'attention qu'il porta à me savourer. D’un simple coup de dent, il découvrit le secret pourtant si précieusement gardé de mes arômes intimes.

 

Croquante, craquante, mon mystère s’évanouit,

Je sentis ses papilles vibrer de plaisir,

Son cœur frémit-il de ce gourmet désir ?

Enfin, je m’en fus, moi vaincue, lui épanoui.

 

Il aurait pu en choisir une autre, toute aussi appétissante, nous étions quelques unes à rivaliser de plaisir gustatif, mais ce fut moi qui, en quelques unes de ses secondes, en quelques unes de mes heures, eus la chance de me laisser glisser sur la délicate pente de la gourmandise, pour lui offrir mes plus beaux cadeaux : ma virginité et une pincée d'endorphine.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by François - dans Dentelles câlines
commenter cet article

commentaires

Bulle 07/09/2015 11:57

Une rencontre toute en finesse, en volupté et en plaisir intense... J'aime !!
Amicalement vôtre

François 07/09/2015 13:52

Merci beaucoup Mlle Bulle !
Amitiés

Océanique 03/09/2015 09:40

Pendant qu'en rétrospective Océanique déguste du chocolat noir, ici c'est un festin au combien délicieux que tu nous donnes en partage.
Belle journée Poète des dentelles
Baisers iodés

François 06/09/2015 20:07

Mille mercis chère poétesse pour cette appréciation parfumée d'embruns...
Baisers marinés.

Jill 31/08/2015 15:40

Oh excellent ;)
Quel gourmandise... Et brio pour nous tenir ainsi en haleine.
Baisers chocolatés

François 31/08/2015 18:35

Heureusement que la gourmandise est bien loin d'être un vilain défaut ;)).
Merci pour ces doux mots Miss Jill !
Baisers caramélisés

Présentation

  • : Rêveries en vers
  • : Quelques mots qui ont cheminé dans mon esprit au gré des inspirations, au fil du temps...
  • Contact

Information

Tous les textes de ce blog, sauf mention contraire, sont écrits de ma main, merci de ne pas les reproduire ou, au moins, par courtoisie, m'en avertir...

Recherche

Pages

Quelques belles photos