Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 07:00

 

Vite, très vite, il me faut te rencontrer,
T'emmener avec moi sous un film d'étoiles,
A tes yeux curieux, ma tendresse te montrer,
Reflet dans mes yeux, mon âme se dévoile.

Vite, si vite, il me faut, là, t'attraper,
T'envoyer, de mes flèches, la plus câline,
Parfumée de Mâle, et par mon sceau frappée,
En plein cœur de tes palpitations félines.

Vite, plus vite, il me faut t'embrasser
Déposer de mes lèvres un soupçon précis,
Que, dans un murmure de langues enlacées,
Une folle ivresse remplace l'indécis.

Vite, toujours plus vite, il me faut t'aimer ?
Non ! Certainement pas ! Prenons tout notre temps,
Le temps que fleurissent nos baisers essaimés,
Le temps que durera ce si doux sentiment.

Partager cet article

Repost 0
Published by François - dans Inspirations
commenter cet article

commentaires

Line 30/11/2010 16:43


Bonjour François
un bonheur de te lire!!!! tu vas mieux ? tu as le moral ?
Ta gentillesse me touche beaucoup
surtout quoi que tu ai, restes positif cher poète des dentelles je t'envoie toutes mes étoiles de bonheur pour t'aider moralement si tu en as besoin
Même malade les jolies blouses blanches ont du te titiller les paupières, j'espère qu'elles ne portaient pas de pantalon (rires)


François 30/11/2010 20:14



Bonjour Line,


Je vais très bien, merci. Juste un peu diminué, c'est tout. Commence une longue période de convalescence pour retrouver pleinement ma jambe...


Aucun titillement de paupières à la vue des blouses blanches, toutes en pantalon ! Mais soigner les gens (avec le sourire) est déjà pas mal, on va pas en demander de trop non plus !


Bises à toi !



Cassiopée 25/11/2010 07:23


Tout doucement, il me faut, là, t'enlacer,
Te donner, de mes bras, la chair la plus tendre,
Parfumée de Femme, et par l'âme habitée,
Pour tes questions et doutes réduire en cendres.

Boss contre Gaultier, tout contre ;-)
Baisers parfumés


François 29/11/2010 21:33



A la lecture de votre suite endiablée,


Je me suis senti autant flatté que conquis,


Et vous remercie d'avoir ainsi apposé,


Dans mon jardin, tout le talent de votre esprit.


 


Baisers parfumés, définitivement Gaultier ;-)



Line 23/11/2010 16:18


je le relis avec toujours autant de sensations
merci d'être venu me lire

bonne semaine poète des dentelles


François 29/11/2010 21:29



Merci à toi Line !



peintrefiguratif 23/11/2010 11:58


non pas trop vite il faut apprendre à se connaitre pour enfin se laisser aller


François 29/11/2010 21:29



une belle maxime, universelle, mais pas toujours mise en pratique...



Jill 21/11/2010 23:33


Ooh... comme le propos est sage. Et vous avez raison. On a toujours envie de brûler les étapes mais savoir ralentir et profiter pleinement du temps, savoir savourer l'attente et laisser monter le
désir. Lui donner ainsi toute la place qu'il mérite.
Une douce sagesse même si parfois l'attente peut se révéler torture. Heureuse de vous voir ainsi inspiré sur cet air qui me fait songer à une fabuleuse Amélie Poulain.
Doux baisers bleus.


François 29/11/2010 21:29



L'attente se révèle toujours torture mais, rien que pour à nouveau qu'elle se termine, je suis souvent prêt à recommencer... doux paradoxe, exquises sensations... Merci au violon magique de Yann
Tiersen pour m'avoir laissé, le temps d'un poème, l'accompagner de quelques vers. Et merci à vous de les avoir apprécié !


Baisers "Amélie Poulain" (tendrement naïfs, mais indubitablement sincères)



Présentation

  • : Rêveries en vers
  • : Quelques mots qui ont cheminé dans mon esprit au gré des inspirations, au fil du temps...
  • Contact

Information

Tous les textes de ce blog, sauf mention contraire, sont écrits de ma main, merci de ne pas les reproduire ou, au moins, par courtoisie, m'en avertir...

Recherche

Pages

Quelques belles photos