Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 07:00

 

 

Il existe, sans nul doute, un autre ailleurs,
Paisible comme personne n'imagine,
Un espace unique où cultiver son bonheur,
Reposant l'esprit sur son trait qui dessine.

Il existe, sans nul doute, l'improbable
Théâtre des quiétudes les plus absolues,
Où expirer le souffle pur, admirable
D'une inspiration jusqu'alors irrésolue.

Il existe, prouvez-moi donc le contraire,
Ce paradis perdu qui n'attend que des mots
Pour m'accueillir dans son intime atmosphère,
Et me submerger de son poignant adagio.

Il existe, sans nul doute, ce lieu rêvé,
A le chercher, je passerai toute ma vie,
J'y déposerai, quand enfin l'aurai trouvé,
Mes dernières rimes d'une plume épanouie.


Partager cet article

Repost 0
Published by François - dans Mélancolies
commenter cet article

commentaires

écéa 16/02/2011 19:36


Bonsoir François,
Je dois m'excuser d'avoir délaissé tes poèmes magnifiques, et celui-ci me montre combien il est parfois reposant de se laisser aller lentement, paisiblement, les tourbillons de la vie nous
malmènent et on en oublie les aires de repos...
Amitiés...écéa.


François 20/02/2011 18:18



Bonsoir Ecéa, je devrais tout autant m'excuser alors de mes absences car mon assiduité par chez toi s'est profondément étiolée ces derniers mois. Je te remercie pour ton passage, et ces mots
toujours très agréables.


Amitiés.



Stella 07/02/2011 14:45


Bonjour François
Le paradis est peut-être fait de bonheurs simples que nous ne savons plus voir...Merci pour cette très belle poésie. Belle journée à toi. Stella


François 13/02/2011 18:46



Bonjour Stella,


Je suis d'accord avec toi, nous ne voyons pas toujours le paradis qui s'offre à nous. Merci de ton passage. Bonne semaine à toi. Bises.



Jill 26/01/2011 20:24


Qu'il est calme et clair ce paradis.
Y poser ses plumes ne serait il me semble qu'un pur et beau destin. J'avoue tout comme Cassiopée retrouver ces sensations dans les bras de mon cher et tendre. Une fois blottie ainsi je retrouve une
douce chaleur qui me rassure. Dans la blancheur de nos draps tout redevient paisible. Égoïstement j'aime vous lire mais vous savoir heureux serait essentiel à mes yeux et j'accepterais malgré une
certaine mélancolie de ne plus pouvoir vous lire sur vos pages.
Baisers de mon coin de paradis...


François 31/01/2011 23:28



Me sentir heureux, toucher chaque jour du doigt, du regard, du bout des lèvres ce coin de paradis que vous évoquez, ne m'empêchera jamais, du moins je le pense, d'écrire. La mélancolie n'est
jamais bien loin, revenant de temps à autre au bout de ma plume, alors ma quête de ce "paradis" sera inéluctablement (et volontairement ?) sans fin, que jamais cette plume ne se meure...


Baisers immortels.



Line 24/01/2011 18:01


bon lundi et bonne semaine

bisous poète des dentelles


Cassiopée 22/01/2011 13:33


Il existe. Peut-être même qu'il n'est pas perdu... parfois, on l'a trouvé sans s'en rendre compte, cela me saute aux yeux chaque fois que je les ouvre près de Lui ! Oui, le paradis est souvent posé
sur l'oreiller d'à côté, même si parfois il ronfle pour brouiller les pistes :-) Cependant, si le croire perdu vous inspire de si belles rimes, alors perdez-le souvent... et retrouvez-le à chaque
fois.
Baisers paradisiaques


François 31/01/2011 22:54



Je vous rejoins sur votre vision du Paradis que l'on cotoie chaque jour. J'ai cette chance également. Cet écrit fait surtout référence à ce monde imaginaire qui m'apaiserait et que j'aime tant
visiter et d'où je reviens parfois la plume chargée...


Baisers angéliques.



Présentation

  • : Rêveries en vers
  • : Quelques mots qui ont cheminé dans mon esprit au gré des inspirations, au fil du temps...
  • Contact

Information

Tous les textes de ce blog, sauf mention contraire, sont écrits de ma main, merci de ne pas les reproduire ou, au moins, par courtoisie, m'en avertir...

Recherche

Pages

Quelques belles photos