Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 20:48

 

 

SCAN0050

 

  Devant son miroir, il contemple chaque jour,
La barbe de son visage que le temps grise,
Sa jeunesse oubliée que ses rides ajourent,
Tant d'années lui rappellent leur cruelle emprise.

Devant sa feuille, il réalise l'honteux drame,
La barbe effilochée de sa plume complice,
Qui noircit de l'éternelle encre de son âme,
Mais, désormais, d'une main tremblante, au supplice.

Si son corps l'abandonne, peu à peu décline
Il rassemble ce peu de force avant sa ruine,
Pour rédiger une épitaphe en belles lettres.

Si flétrit la vigueur de sa félicité,
Il se dit, dans un ultime espoir d'éternité :
Ses mots, eux, traverseront les âges... peut-être...

Partager cet article

Repost 0
Published by François - dans Mélancolies
commenter cet article

commentaires

Line 27/01/2012 20:22

bon week-end poète des dentelles
gros bisous

François 31/01/2012 18:42



Merci beaucoup Line ! Bonne semaine à toi. Bisous.



françoisedu80 24/01/2012 13:05

Entre les fils d'argent
entre la poussière du temps
je viens , je lis ,je rêve
sur le parchemin sans trêve .
à l'encre violette je dépose un baiser

François 31/01/2012 19:43



Une douceur si subtilement déposée


S'apprécie sur le feu d'une peau frémissante,


Par ma plume des vers aux effluves naissantes,


Qui envoleront, en réponse à ce présent,


Quelques alexandrins couchés là prestement.


Baisers pour vous.



Sandra 24/01/2012 11:48

""Il récite le temps......""

Touchée .

Bises

François 31/01/2012 19:34



Merci Sandra. Bises.



Cassiopee 24/01/2012 09:55

Pas peut-être, forcément. Avec plus ou moins d'écho, mais ils sont toujours éternels, les mots !
Baisers lexicaux

François 31/01/2012 19:34



Merci beaucoup Miss Cassio de ces beaux mots ! Baisers poético... versifiés.



Valmont 23/01/2012 11:01

Joli poème... Si la vieillesse est un naufrage, l'esprit, l'âme et les mots restent la coque éternelle d'un navire voguant sur une mer poétique sans fin, et quand alors ils ne sont pas les
complices intérieurs fidèles, ils deviennent une mémoire patrfois très agréable à partager, d'une éternelle jeunesse... Amitiés à toi.

François 31/01/2012 19:33



Merci mon Ami de cette belle métaphore marine. J'aime beaucoup l'idée de ces mots comme complices éternels.


Amitiés à toi.



Présentation

  • : Rêveries en vers
  • : Quelques mots qui ont cheminé dans mon esprit au gré des inspirations, au fil du temps...
  • Contact

Information

Tous les textes de ce blog, sauf mention contraire, sont écrits de ma main, merci de ne pas les reproduire ou, au moins, par courtoisie, m'en avertir...

Recherche

Pages

Quelques belles photos